portrait et diagnostic

 

portraitoiseaucoralie
Mon portrait par Adèle Dudrines

Pour le qui suis-je … une fille de 42 ans qui a erré de diagnostic différentiel en diagnostic différentiel, ne faisant jamais consensus parmi les soit-disant pro … j’ai tout eu – dysharmonie évolutive,borderline, dédoublement de personnalité, schyzotypique, personnalité schizoïde, psychose,.. mais je garde enfin ce qui a projeté la lumière sur mes difficultés : je suis ASPERGER ( 2016 ) avec douance, troubles alimentaires ( mais cela va beaucoup mieux même si je garde mes petites habitudes), anxiété généralisée..

Je n’ai jamais trouvé dans mon environnement immédiat la véritable compréhension de ce que je suis, il y a trop de décalage entre ma façon de penser et d’agir et le retour que j’ai lorsque j’essaie d’exprimer mon être … .

Ceux qui sont en « bout de spectre » ( encore faut-il comprendre l’image…) avec en plus une douance, un langage élaboré, qui créent – oui les autistes peuvent être artistes ! – qui ont réussi à faire des études (  tant bien que mal) qui ont essayé de travailler et qui se retrouvent aussi sans emploi malgré moult diplômes et certificats …. des fractures psychiques en raison de fortes décompensations liées à la pression sociale … se retrouvent avec des diagnostics inadaptés à leur réalité … alors heureusement certains pro- vont savoir au cours du temps les distinguer, il faut parfois ne pas s’arrêter à une première rencontre surtout lorsque celle-ci est troublée par une anxiété majeure, des symptômes qui ne sont qu’un système de défense, de camouflage… même certains professionnels de CRA sont incapables d’aborder le diagnostic différentiel* ou complémentaire lorsque le parcours est très compliqué et émaillé d’un nombre incalculables de diagnostics qui n’en recouvrent qu’un… celui que personne n’a jamais vu..  » Vous ne rentrez pas dans les petites cases, enfin pas aujourd’hui, à l’oral on peut dire que, mais à l’écrit c’est compliqué.. blabla…mais nous vous invitons à aller rencontrer d’autres professionnels et de vous en remettre à l’équipe qui vous suit depuis. Qui prendrait le temps de lire autant de comptes-rendus divergents et qu’en faire ? Peut-être m’écouter aussi sur ce que j’en pense et l’impact que cela a eu sur ma personnalité et ma fragilité…mes difficultés à m’exprimer ouvertement … Bref, je n’ai pas lâché, soutenue par quelques professionnels de la santé. Il m’a fallu 3 ans d’évaluations à partir d’un pré-diagnostic effectué en hôpital de jour puis dans un CRA, de rencontres de divers professionnels pour que le diagnostic d’asperger soit enfin posé. Je suis AUTISTE.  * ( voir annexe : différentiel)

Malgré cela, il va me falloir du temps pour assimiler cette nouvelle donnée… et surtout faire face à des réticences, et des rejets de ceux qui auront toujours l’incapacité de prendre en compte la diversité des profils.

Je veux apprendre à me reconstruire, sans plus avoir à me protéger comme avant, parce que je ne comprenais pas mes différences… C’est difficile seule…Heureusement j’ai mon ami – mon ange gardien, Antoine Ouellette compositeur-biologiste asperger qui me rassure jour après jour dans nos échanges et rencontres:

« Je n’ai pas de doute sur le fait que tu sois autiste, de type Asperger. Ta manière d’écrire avec des répétitions de sons est comme une poétisation de l’écholalie/palilalie typique des autistes. Le foisonnement de détails dans tes textes est tout aussi typique – les Aspis sont les autistes du langage. Bon, je ne peux pas te décerner un diplôme officiel ès autisme Asperger mais, à mon avis, tu peux vraiment poser des valises en cette matière. ( A.O) »

Je pense que c’est vraiment dans cette fratrie d’adultes aspergers que l’on peut définitivement se sentir inclus dans une communauté constructive, positive, valorisante .. sortir du tout  » trouble » et « maladie » … Oui on a besoin d’aide sur pas mal de points, mais est-ce que cela empêche d’être heureux ? Je ne sais pas ce que ça veut dire être heureux tant j’ai souffert.. y compris d’abus de personnes tant j’ai été naïve et mutique face à certaines choses subies contre mon gré … Je suis fière maintenant d’être autiste et mon objectif est d’apprendre à dépasser les autres troubles qui laissent encore quelques traces notamment une anxiété majeure eu égard surtout à un environnement que j’ai du mal à gérer au quotidien ainsi qu’à une grosse labilité émotionnelle due à mon hypersensibilité/sensorialité. Mon parcours m’a laissé aussi une certaine fragilité et du stress post-traumatique lors d’hospitalisations violentes…

IMG_6634

Je peux  petit à petit renouer avec la musique, la poésie et les sciences de la vie et de l’environnement…

 

diag

 

 

 

 

Publicités